L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Hydrocarbures : Oeuvrer pour attirer de nouveau les investisseurs étrangers en Algérie

 Hydrocarbures : Oeuvrer pour attirer de nouveau les investisseurs étrangers en Algérie  Le P-dg du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a affirmé mardi à Tébessa la nécessité d’attirer de nouveau les investisseurs étrangers à l’Algérie et investir dans le secteur des  hydrocarbures.


Lors de l’inspection, dans la commune de Safsaf El Ouasra du centre, du gazoduc Enrico Mattei (GEM) transportant le gaz naturel algérien vers l’Italie via la Tunisie, M. Ould Kaddour a estimé que cet attrait exige "la réactivation du rôle des médias et des rencontres de proximité" et l’accentuation de la "coopération entre les filières de Sonatrach pour recouvrer la confiance des étrangers en l’investissement dans le secteur énergétique algérien".

Sur le même site, le responsable du groupe Sonatrach a reçu des explications sur le fonctionnement du centre et du gazoduc GEM qui assure depuis Hassi R’mel (Laghouat) en passant par Ain Naga (Biskra), puis Safsaf El Ouasra ensuite Seriana (Tunisie) le transport vers l’Italie sur une distance de 10.900 km de 33,2 milliards m3/an.

Selon le PDG de Sonatrach, 80 % des préoccupations exprimées par les travailleurs du groupe ont été réglés sans donner plus de détails.

Le directeur du centre du GEM à Safsaf El Ouasra, M. Bouzina, a indiqué que depuis la mise en exploitation en décembre 1996, de cette infrastructure, plus de 640 milliards m3 de gaz ont été exportés.

Sur le site de la mine de phosphate dans la région de Bled El-Hedba, dans la commune de Bir El Ater, M. Ould Kaddour a reçu des explications sur site occupant 2.045 hectares avec des réserves estimées à 1.229 millions tonnes de phosphate dont 841 millions de tonnes susceptibles d’être transformées.

Selon ces mêmes explications, la wilaya de Tébessa compte quatre mines de phosphate dont deux à Djebel El Onk (commune d’El Ouenza), un à Bled El-Hedba (Bir El Ater) et un Oued Betita (Bir El Ater).

La capacité de production annuelle de la mine de Bled El-Hedba est estimée à 10,5 millions tonnes. Ce projet représente un investissement de 1,1 milliard dollars dont la moitié pour l’acquisition d’équipements engagés dans le cadre d’un partenariat entre Sonatrach (34 %), le groupe algérien Manal (17 %) et les deux entreprises chinoises Cetic (34 %) et Wingfu (15 %).

L’exploitation de la mine exige annuellement 4 millions m3 d’eau et 80 mégawatts d’électricité dont 22 mégawatts lors de la phase de lancement.

Elle devra, une fois opérationnelle, assurer annuellement 310 millions dollars de revenus et employer 1.200 travailleurs.

Dans le cadre du projet, le fonçage d’un puits profonds à Négrine a été lancé pour fournir l’eau nécessaire à la mine, ainsi qu’un tronçon routier  de 4,5 km pour desservir la mine.

Les travaux d’électrification de la ligne ferroviaire minière desservant sur 340 km Djebel El Onk ont été terminés, tandis que ceux d’aménagement du site de 1.642 hectares devant accueillir la zone d’activités à Bled El-Hedba ont été lancés.

 

 

 

 

APS