L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

L'Algérie au Salon agricole de Berlin en quête de nouvelles opportunités d'exportation

La 137ème édition du Salon international des fruits et légumes de Berlin "Fruits logistica", ouverte mercredi, a été marquée par le retour des entreprises algériennes après huit ans d'absence à cette manifestation économique.


Ce Salon international voit la participation d'une vingtaine d'entreprises algériennes venues prospecter de nouvelles opportunités d'exportation. Ce retour confirme la volonté algérienne de renouer avec les manifestations économiques majeures afin de promouvoir le produit algérien à l'international dans le cadre de la stratégie de la diversification des exportations.

"Fruits logistica est l'une des foires choisies par le comité interministériel pour son grand intérêt qu'elle présente pour l'Algérie", a souligné le ministre du Commerce, Saïd Djellab, lors de l'inauguration du pavillon algérien à cet événement mondial qui regroupe plus 3.200 exposants en provenance de 80 pays, avec 78.000 visiteurs professionnel attendus venant de 130 pays.

Outre les producteurs et distributeurs de fruits et légumes venant de plusieurs pays, cette foire regroupe également des entreprises activant dans le domaine technique agricole (semences, développement de variétés, matériels, technologies de surveillance emballage...), de la logistique (transport, services de dédouanement, terminaux de fruits et légumes, entrepôts frigorifiques, grande distribution, ...) ainsi que les services (contrôle de qualité et certification, systèmes de gestion des stocks, marketing, assurance, ...).

Il s'agit du premier événement inscrit dans le programme de la période 2019/2020 des manifestations économiques internationales auxquelles l'Algérie compte participer (53 foires et salons). L'objectif est d'illustrer la qualité et la diversité des produits agricoles algériens mais aussi de prospecter de nouvelles opportunités d'exportation.

D'ailleurs, les exposants algériens participant à cette manifestation économique, qui se tient dans la capitale allemande, ont été choisis parmi les opérateurs qui ont déjà réalisé des opérations d'exportation de produits agricoles. Ils ont ainsi bénéficié d'une réduction de 80% des frais de participation à travers le Fonds national du soutien et de promotion des exportations (FSPE).

La logistique, un des principaux atouts pour renforcer les exportations

Pour M. Djellab, le produit algérien est, certes, présent dans les marchés internationaux et sa qualité reconnue, "mais il nécessite une meilleure promotion pour assurer la durabilité de cette présence". Il s'agit donc de booster les exportations agricoles algériennes en augmentant le volume des produits exportés à travers des contrats avec les opérateurs de la grande distribution.

"Cette foire est une occasion pour brancher nos exportateurs avec le réseau international de la grande distribution", a avancé M. Djellab. "La première étape du placement de nos produits est déjà franchise. Il faut maintenant passer à la vitesse supérieure en exportant des volumes plus importants", a-t-il soutenu.

Pour attirer les clients potentiels, les exposants algériens mettent en exergue les atouts du produit agricole algérien: la proximité géographique par rapport à l'Europe, des variétés différentes et des produits de terroir de grande qualité: "Ces atouts nous offrent une marge de manœuvre importante", a estimé le ministre.

Toutefois, les perspectives d'exporter les produits agricoles algériens par de grandes quantités sont conditionnées par le développement de la logistique et la réduction de son coût. "Si nous voulons exporter en grandes quantités, la qualité, seule, ne suffit pas. Il faut aussi assurer un approvisionnement dans les délais exigés par les clients", a-t-il insisté.

Pour ce faire, des opérations d'exportation expérimentales ont été réalisées en 2018 pour tester la capacité de la chaîne logistique algérienne à assurer le respect du timing. Ces opérations ont donné de "bons résultats", ouvrant la voie à des contrats d'approvisionnement annuels, prévoit le ministre.

"Nous allons accompagner les exportateurs algériens des produits agricoles pour réussir le passage de l'étape de placement à celle de l'exportation régulière avec des grandes quantités", a-t-il assuré. Pour rappel, les exportations agricoles et agroalimentaires algériennes ont atteint une soixantaine de millions de dollars en 2018 contre 44 millions de dollars en 2017.

 

 

 

 

 

APS