L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Une centaine de projets associatifs financés par le programme PAJE depuis son lancement

Une centaine de projets associatifs ont été financés par le Programme d’Appui Jeunesse Emploi (PAJE) depuis son lancement en 2015, dans le cadre de sa Contribution au Développement Associatif (CODEVA), destinés à l’insertion professionnelle des jeunes dans les quatre wilayas-pilotes, a indiqué mercredi à Oran le directeur national de ce programme.


"Depuis son lancement, le PAJE a accompagné techniquement et financé de manière directe ou indirecte pas moins de 95 projets dans le cadre de la Contribution au Développement Associatif (CODEVA), destinés à l’insertion professionnelle des jeunes dans les wilayas d’Annaba, Khenchla, Béchar et d'Ouargla", a précisé à la presse Abderezzak Boucherir, en marge du 2ème séminaire régionale de visibilité du PAJE.

Résultant d’une convention de financement entre l’UE et l’Algérie, le PAJE est un programme d’appui au développement et à la mise en œuvre des politiques nationales de la jeunesse et de l’employabilité des jeunes.

Il est doté d’une enveloppe de 26 millions d’Euros, (dont 23,5 millions représentent la contribution européenne et 2,5 millions la contribution algérienne), ce programme a été entamé en 2015 et se poursuivra jusqu’au mois de décembre 2019.

PAJE se décline en trois dimensions : le renforcement de l’inter-sectorialité et des partenariats, la jeunesse et la société civile et enfin la structuration de l’économie sociale et solidaire et l’appui à la création d’activités favorisant l’employabilité.

L’un des axes d’intervention du PAJE est le renforcement de l’accompagnement des jeunes en vue de leur insertion socioprofessionnelle en s’appuyant sur la société civile, et se traduit par le financement de projets associatifs, par le biais de subventions à travers un fonds dénommé « Contribution au développement associatif » (CODEVA) doté d’une enveloppe de 4 millions d’euros.

Son objectif spécifique étant de renforcer dans les wilayas-pilotes du programme (Annaba Béchar, Oran et Khenchela), les capacités institutionnelles, organisationnelles et opérationnelles des acteurs de la société civile actifs dans le domaine de l’appui à la jeunesse.      

Pour le responsable, ces derniers projets ont pris la forme d’aides à l’insertion professionnelle des jeunes (information, conseil, orientation, formation, accompagnement), des financements de projets associatifs visant l’insertion professionnelle de la jeunesse ou encore des projets d’entreprenariat via les dispositifs d’emploi existants.

Les projets financés touchent aux différents secteurs comme l’élevage, l’artisanat, l’environnement, les médias entre autres. "Les résultats sont positifs dans la mesure où aucune difficulté majeure n’a été enregistrée dans la réalisation des projets", a-t-il indiqué.

Un autre axe du PAJE, non moins important, a été évoqué par le même responsable, en l’occurrence, l’inter-sectorialité, caractérisé par l’implication de 13 secteurs dans ce programme.

Pas moins de 130 entreprises de jeunes ont été créées depuis 2015 au titre du PAJE, ce qui a permis l’insertion professionnelle de près de 500 jeunes dans des activités génératrices de richesses et valeur ajoutée, a-t-il fait savoir.

Pour la représentante de l’Ambassadeur de l’UE en Algérie, Silvia Severi, également Cheffe des opérations de coopération à la délégation de l’UE, cette rencontre est une "occasion pour faire le point sur le partenariat Algérie-UE en matière d’appui aux jeunes et à leur insertion dans le monde du travail et leur futur entreprenariat".

"La rencontre est également une opportunité pour échanger et approfondir les réflexions avec les acteurs dans ce domaine qui vont participer activement à la création d’emplois et à l’intégration de la jeunesse dans la vie économique du pays", a-t-elle ajouté. 

Elle a également abordé la plateforme "Cap jeunesse", qui est une plateforme innovante et expérimentale pour favoriser l’employabilité, l’entrepreneuriat des jeunes et l’articulation avec la société civile.

Depuis son lancement en mars 2018, elle a reçu pas moins de 686 personnes pour une information, une orientation et un accompagnement personnalisé des jeunes, dans la durée, pour la construction de leurs projets.

"Ce projet dans les wilayas-pilotes prendra fin en décembre 2019. Nous espérons des résultats positifs pour pouvoir le mettre en œuvre dans d’autres wilayas", a souligné Mme Severi.

De son côté, le directeur local du programme à Oran, Fayçal Saïdi, également directeur local de l’emploi, a fait savoir que dans la wilaya d’Oran plus de 83 entreprises ont été créées grâce à ce programme, ce qui a permis de générer plus de 580 postes d’emplois.

Plusieurs projets ayant bénéficié de l’appui du PAJE ont été présentés, entre autres, le projet "une école-chantier" pour la formation professionnelle et l’employabilité des jeunes de l’association Santé Sidi El Houari (SDH) et le projet "lueurs pour jeunes non-voyants d’Oran" dont a bénéficié l’association sociale pour l’insertion professionnelle des aveugles et amblyopes.

 

 

 

 

APS