L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Développer un partenariat algéro-tunisien "gagnant-gagnant" basé sur l'investissement

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie (CCIO) a insisté, mardi à Oran, sur l'importance de développer et d'enrichir un partenariat "gagnant-gagnant" avec les entreprises tunisiennes, basé sur le principe de l'Investissement.


S'exprimant à la presse à l'ouverture de rencontres professionnelles algéro-tunisiennes (B to B) de partenariat, organisées en marge du salon Batiwest 2019 ouvert lundi, Karim Cherif a déclaré qu'il était "très important de travailler à développer une coopération gagnant-gagnant avec la Tunisie en encourageant davantage à investir en Algérie et pas seulement à exporter".

Conduisant une délégation de 30 chefs d'entreprises adhérents de la CCIO à ces rencontres de deux jours, Karim Cherif a affirmé que "nous sommes favorables à toute action dans le sens du développement du tissu économique industriel, commercial algérien, principalement avec des partenaires qui veulent venir et investir chez nous pour créer la valeur ajoutée, la richesse et surtout de l'emploi".

"Nous oeuvrons à développer ce partenariat gagnant-gagnant avec nos frères tunisiens, principalement dans quatre secteurs d'activités : l'agro-industrie, les services, le numérique et le BTPH", a-t-il ajouté.

Pour la première fois, des entreprises tunisiennes sont présentes dans ces rencontres à la recherche de partenaires pour investir en Algérie. Il s'agit d'entreprises tunisiennes qui désirent investir dans la fabrication de conduites à béton utilisées dans le secteur de l'hydraulique et aussi dans l'industrie du meuble, a précisé le chef de la mission commerciale tunisienne à Oran, Rafik Mansouri.

Selon lui, une vingtaine d'entreprises tunisiennes travaillant dans l'informatique, les équipements hôteliers et le BTPH, entre autres, sont présentes à ces rencontres "dans le but de développer les échanges commerciaux entre les deux pays dans les deux sens, quelque soit le lieu de l'investissement en Tunisie ou en Algérie".

Les dernières rencontres B to B entre opérateurs algériens et tunisiens ont permis la signature de plusieurs contrats d'exportation, mais aussi pour la création d'entreprises dans le cadre de l'Investissement.

Dans le même cadre, il a souhaité voir la convention bilatérale signée en 2014, actualisée pour pouvoir intensifier la coopération et couvrir le maximum de produits.

S'agissant des échanges commerciaux, le même responsable a indiqué que les importations tunisiennes de l'Algérie ont dépassé, durant les neuf premiers mois de l'année en cours, environ 1 milliard d'Euros dont 90% sont des hydrocarbures et dérivées, alors que les exportations vers l'Algérie sont d'une valeur de 300 millions d'euros.

 

 

 

 

APS