L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Exportation : Nécessité d’élaborer une stratégie et diagnostiquer le marché cible

Les entreprises algériennes désirant exporter doivent élaborer une stratégie et réaliser un diagnostic pour pouvoir intégrer des marchés étrangers, a indiqué mardi à Alger l'expert-formateur en export, Mohamed Laidouci.


S'exprimant lors d’une journée de formation au profit des entreprises activant dans divers secteurs, organisée par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), M. Laidouci a souligné l'intérêt pour les entreprises nationales voulant exporter leurs produits à concevoir une stratégie à l'export, à réaliser un diagnostic sur leur capacité à exporter et à étudier l’accès aux marchés étrangers.

M.Laidouci a, dans ce contexte, noté l'intérêt pour les entreprises à connaître les différents dispositifs à l'export mis à disposition par l'Etat.

"Il s'agit également d'identifier les canaux de distribution et d'adapter le produit et la communication autour de celui-ci à la culture du pays visé", a-t-il expliqué.

L'expert a également évoqué les avantages de l'export, notamment en termes économiques et financiers à travers la hausse du chiffre d’affaires, l’économie d’échelle.

Parmi les participants à cette formation, Abderrahmane, représentant d'une entreprise  activant dans le BTP qui a expliqué que son entreprise exporte vers l'Afrique des produits  d’équipements sanitaires.

"Nous exportons déjà vers l’Afrique mais il persiste un manque d'infrastructures logistiques pour parvenir vers les marchés du continent", a-t-il regretté, expliquant que cela augmente le coût à l'export et diminue la compétitivité financière du produit.

Quant à Rachid, représentant d’une entreprise algéro-française proposant des solutions informatiques aux entreprises, il confie que les contraintes bureaucratiques pour exporter ses services informatiques réduisentl’activité de son entreprise.

"Nous exportons nos services en Afrique, mais nous devons le faire à partir de la France ou de notre bureau en Tunisie, même si nous avons un bureau à Alger, car il est difficile et coûteux de procéder à partir d’Algérie", soulève le responsable.

Quant à Sarah venue à la formation de la CACI pour le compte d’une entreprise de production de produits laitiers, évoque l’importance de ce type de formation et d’échange entre entreprises pour cibler les marchés à prospecter.

 

 

 

 

APS