L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Une étude en cours pour évaluer les ressources en plantes aromatiques en Algérie

La direction générale des forêts (DGF) a entamé une étude pour évaluer les ressources nationales en plantes aromatique et médicinales, en partenariat avec des centres de recherche, a indiqué samedi à Alger son directeur général, Ali Mahmoudi.


Dans une déclaration à l'APS en marge du 4ème Salon des plantes aromatiques, médicinales, à parfum et huiles essentielles, M. Mahmoudi que cette étude était menée en collaboration avec des instituts et universités algériens à l'image du pôle universitaire de Tlemcen.

Selon lui, l'Algérie compte actuellement quelque 3.000 variétés de plantes aromatiques et médicinales, dont 600 seulement sont utilisées.

"Une meilleure connaissance des vertus de ces plantes nous permet une exploitation optimale et raisonnée de nos ressources biologiques dans le but d'impulser un développement local pouvant améliorer les revenus des populations locales et de conserver au mieux notre biodiversité aussi bien forestière qu'agricole", a-t-il fait valoir.Mahmoudi a, par ailleurs, affirmé l'engagement de la DGF à accompagner les opérateurs de cette filière naissante, notamment dans les zones reculées du pays.

Il a cité, dans ce cadre, des projets réalisés dans le sud et les régions steppiques et qui ont donnée des "résultats encourageants", à l'image de celui de Djelfa où d'importantes quantités de géranium sont produites.

Il a également évoqué d'un projet lancé avec le pôle universitaire de Tlemcen pour extraire des huiles essentielles afin d'optimiser les conditions de culture des espèces aromatiques et médicinales.

Le premier responsable de la DGF a affirmé que la 4e édition de ce salon, qui a regroupé 29 participants de 12 wilayas, constitue une plateforme d'échanges dynamiques en producteurs, scientifiques, utilisateurs et institutions.

Pour sa part, le président du Conseil national interprofessionnel de la filière des plantes à parfum, aromatique et médicinale et des huiles essentielles des plantes aromatiques (PPAM), Zidane Menouar, a affirmé que la filière a un avenir prometteur en Algérie.

Pas moins de 400 producteurs activent sur le marché national, totalisant une capacité de production supérieure à 93.000 m3 d'huile distillée par an, a-t-il relevé.

Interrogé sur les plantes et les huiles essentielles importées qui inondent le marché algérien, M. Menouar a expliqué que la quasi-absence de producteurs nationaux dans cette filière des années durant, avait laissé place aux "importations anarchiques".

Il a assuré, toutefois, que l'offre sera meilleure avec le développement de cette filière qui va de plus en plus vers la professionnalisation.

 

 

 

 

APS