L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Naama : Nécessité de soutenir les recherches dans les énergies renouvelables

Les participants à une rencontre scientifique organisée mardi à Naama sur "les énergies renouvelables et leurs applications", ont souligné l'importance d'encourager et soutenir les recherches spécialisées dans le domaine du développement les sources d'énergies renouvelables pour être, progressivement, en adéquation avec le développement technique et technologique dans ce domaine.


Des spécialistes et professeurs universitaires ont souligné, lors de cette rencontre organisée par le département des sciences et technologie du centre universitaire de Naama, l'importance de la participation des laboratoires de recherche des universités pour fournir des études de terrain et des statistiques précises sur les sources des énergies renouvelables, en plus du soutien et de l'accompagnement des jeunes pour se diriger vers une industrie locale compétitive et innovante et la création d'entreprises de production et le développement d'idées basées sur les sources d'énergies renouvelables, notamment la production de l'énergie solaire.

Le ministre délégué chargé de l'Environnement saharien, Hamza Al Sidi Cheikh a salué l'organisation de cette rencontre, dans une lettre adressée aux participants lue par le président du comité d'organisation, Khatir Naïma, estimant que la rencontre "est une occasion pour les différents partenaires et acteurs pour partager leurs expériences scientifiques dans le domaine d'exploitation des énergies propres et leurs utilisations dans l'économie durable, à travers l'exploitation des capacités et des ressources locales et nationales, allant de pair avec la stratégie de l'Etat sur la mutation énergétique".

De son côté, le professeur Yazid Abdelali de l'université de Tlemcen a soutenu que "le terreau est propice à la création de nouvelles entreprises dans les applications des énergies renouvelables", mettant en avant les compétences scientifiques des universités et les sessions de formation pratiques pour les étudiants, ainsi que l'ouverture de spécialités ayant une relation avec l'énergie propre comme la fabrication des plaques photovoltaïques et leurs batteries et de lampes économiques "Led" et autres.

Le même orateur a indiqué qu'"encourager des projets de recherche scientifique à valeur ajoutée et offrir de meilleurs possibilités aux innovateurs et aux chercheurs et leur intégration dans le secteur économique garantit les résultats du programme national d'efficacité électrique géré par l'Office national de promotion et de rationalisation de l'utilisation de l'énergie".

Pour sa part, le professeur Kamel Mohammedi, spécialisé dans les sciences de l'énergie à l'université de Boumerdes a souligné que "la participation des chercheurs dans le développement des sources d'énergies propres et le soutien des projets de recherches des compétences en Algérie dans ce domaine permettra d'élargir l'industrie des énergies renouvelables en Algérie et leur développement".

Il a affirmé à cet égard, que l'Algérie possède une grande expérience et de grandes compétences (ingénieurs issus de l'université algérienne) dans le domaine de "'hybridation" des stations de production de l'énergie dans le Sud du pays, à travers l'intégration de l'énergie solaire et l'énergie éolienne pour réduire l'énergie polluante et la création de richesse, de postes d'emploi et la préservation de l'environnement.

Les différents axes de discussions durant la rencontre ont focalisé sur la participation des recherches dans les énergies renouvelables dans le domaine du soutien à l'investissement et à la réduction de la consommation de l'énergie (programme national de l'efficacité énergétique à l'horizon 2030).

Il s'agit de l'amélioration des performances énergétiques des habitations et des villes, à travers l'isolation thermique des habitations et l'utilisation des lampes à basse consommation d'énergie et les chauffages à énergie solaire, ainsi que l'introduction des lampes à sodium dans l'éclairage public au lieu des lampes à mercure, en plus de la promotion du carburant propre (Sirghaz).

Les autres axes discutés lors de cette rencontre concernent "les solutions amies de l'environnement pour faire face à la pénurie d'eau", "l'analyse thermique pour le refroidissement par le vent", ainsi que des études expérimentales menées par quelques universités du pays, notamment celle concernant l'utilisation des cellules photovoltaïques dans l'épuration des eaux.

La rencontre, qui a vu la participation de professeurs et de chercheurs de plusieurs universités du pays, a abouti à plusieurs recommandations, notamment celle d'être en phase avec les nouvelles technologies dans le domaine des applications des énergies renouvelables et leur utilisation dans l'activité industrielle et au sein des cités d'habitation afin de réduire l'utilisation de l'énergie polluante et les coûts d'utilisation du gaz et pétrole.

 

 

 

 

APS