L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

L’Algérie possède d’importantes potentialités pour l’édification d’une industrie de la pêche

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que l'Algérie possédait d’importantes potentialités permettant l'édification d'une industrie de la pêche, à condition de lever les obstacles bureaucratiques et sortir des méthodes classiques suivis actuellement dans cette filière.


Lors du conseil des ministres, le Président Tebboune a indiqué que "le secteur de la pêche pourra véritablement contribuer à la diversification des sources de revenu nationales en garantissant l'autosuffisance en matière de pêche et de s'orienter vers l'exportation, d'autant que l'Algérie possède une importante façade maritime, qui la qualifie à l'édification d'une industrie de la pêche en sortant des méthodes classiques suivis actuellement pour augmenter la consommation de protéines par habitant, réduire l'importation des poissons voire même des viandes rouges, ce qui profitera au trésor public’’.

Le Président a, à ce propos, appelé à s'affranchir des pratiques bureaucratiques qui limitent l'ambition du secteur, à la nécessité pour les pêcheurs de s'organiser en coopératives avec la contribution de la société civile et à l'exploitation de la haute mer par le recours à une flotte nationale dirigée par des cadres algériens formés par des pays leaders dans le domaine.

Il a, dans ce cadre, rappelé que la satisfaction des besoins du citoyen dans tous les domaines était au cœur du programme du Gouvernement, d'où l'idée de créer un ministère dédié spécialement à la pêche et aux produits halieutiques, étant un département tout autant important que celui de l'agriculture auquel il était rattaché auparavant.

Il a également appelé à développer la formation professionnelle de la main d'œuvre de façon à préserver sa continuité et son transfert intergénérationnel.

M. Tebboune, a, d’autre part, donné des instructions pour la réalisation, selon le besoin, de bassins secs pour la maintenance et pour la réduction de l'importation des pièces de rechange.

Enfin, il a chargé le ministère concerné d'élaborer un programme d'action annuel dans le cadre du plan quinquennal proposé.

Ce plan sera vulgarisé à travers les médias pour permettre à l'opinion publique d’être informée des efforts consentis dans ce secteur et dans l'ensemble des départements ministériels en général.

Selon le communiqué du Conseil des ministres, le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques a présenté le plan d’action de son secteur et les perspectives de son développement pour la période 2020-2024, partant d’une stratégie qui s’appuie essentiellement sur une transformation progressive et durable, consacrant la rupture avec le passé en matière de structure organisationnelle et institutionnelle et de méthode de gestion du secteur, et contribuant au renforcement de la sécurité alimentaire nationale.

Porter le niveau des productions halieutiques à 166.000 tonnes

La nouvelle approche repose sur la remobilisation des moyens existants intra et extra sectoriel, en associant les partenaires publics et privés, sur la recherche des modes de diffusion et d’amplification des actions à partir des pôles d’excellence des filières des productions halieutiques, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés, et enfin sur l’amélioration de la formation pour répondre aux besoins du secteur.

Ce programme permettra de porter le niveau des productions halieutiques à 166.000 tonnes, de créer 30.000 nouveaux emplois, de mettre au point un système productif halieutique construit avec des moyens et intrants produits localement et de lancer un vaste programme de développement de l’aquaculture marine et continentale, précise la même source.

Il s’agit également de renforcer la formation qualifiante, de faciliter l’accès des investisseurs au foncier, d’assurer un environnement économique débureaucratisé à travers la mise en place d’écosystèmes entrepreneurials permettant un accompagnement total pour la création de micro-entreprises et de PME et la prise en charge sociale des marins, ainsi que le développement d’une capacité nationale de pêche au grand large.

L'Algérie est décidée à lever le défi de réduire le déséquilibre de la balance commerciale des produits agricoles et alimentaires de base dans les perspectives pour l'année 2024 à travers notamment, le développement durable des secteurs de l'agriculture et de la pêche maritime, ainsi que de rationaliser l'importation de produits alimentaires subventionnés.

Selon les données du ministère de l’Agriculture et développement rural présentées en 2019, la production halieutique de l’Algérie avait augmenté en 2018 à 120.000 tonnes, contre 102.000 tonnes en 2016 .

La production aquacole a quant à elle, passée de 1.700 tonnes en 2016 à 5.200 tonnes En matière d’investissement, le secteur de la pêche et de l'aquaculture avait enregistré un total de 140 projets d'investissement dont 70 en cours de réalisation.

 

 

 

 

 

APS