L'emploi est notre défi, l'investissement et le patriotisme, sont la solution.

Valorisation des déchets : Le salon international Revade prévu en octobre

 Valorisation des déchets : Le salon international Revade prévu en octobre La deuxième édition du salon international de la  récupération et de la valorisation des déchets "Revade" se tiendra du 9 au  12 octobre prochain au Palais des expositions (Alger), a indiqué le  ministère du Commerce sur son site web.


Dédié à la collecte, au tri, au transport, au traitement, à la  valorisation et au recyclage des déchets, ce salon est organisé par la  Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI) en collaboration avec  l'Agence Nationale des Déchets (AND) et la SAFEX.

"L’activité de récupération et de valorisation des déchets, qui était  auparavant une préoccupation purement environnementale, est devenue une  activité économique capable de générer une valeur financière de 38  milliards de DA/an et de créer par conséquent de nombreux postes d’emploi  direct et indirect (7.600 emplois peuvent être créés dans la filière PET  qui génère près de 350.000 tonnes/ an)", a indiqué la même source.

Des statistiques récentes montrent qu’il y a un marché de près de 300.000  tonnes/an de déchets spéciaux (pneus, huiles usagées, batteries et déchets  3E) dont seulement 150.000 tonnes sont valorisées et exploitées, a-t-elle  poursuivi notant qu'à titre d’exemple, environ 16 entreprises activent dans  la collecte et l’exportation des huiles usagées.

Il existe également environ 10 entreprises privées activent dans la  récupération et la valorisation des pneus usagés et réalisent  principalement des tapis de  routes et du granulat  dont le marché reste  très prometteur, a ajouté la même source.

D'autre part, plusieurs entreprises américaines, françaises et  sud-africaines ont manifesté leur grand intérêt pour réaliser des pôles  industriels dans le recyclage du matériel informatique, a avancé la même  source estimant que cela montre clairement que le secteur de la  valorisation des déchets reste peu développé en Algérie.

Par ailleurs, "la réduction des ressources financières extérieures de  l’Algérie nous incite à rechercher de nouvelles voies et de nouveaux moyens  pour contribuer à la substitution de la production locale aux importations,  pour exploiter au maximum les ressources productives disponibles en Algérie  notamment par la récupération et le recyclage des déchets et pour  encourager l’investissement dans les nouvelles activités et la création de  nouvelles entreprises", a-t-elle noté.

 

 

 

 

APS